vendredi 4 août 2017

ENVIRONNEMENT : « UNE PERLE ÉCOLOGIQUE » IN NOUAKCHOTT (PHOTOS REPORTAGE)

Par Ely Salem Khayar  date du 13 Octobre 2013

« La nature est  éternellement jeune, belle et généreuse . Elle possède le  secret  du bonheur , et nul  n’a su le lui  ravir .  »  (George Sand).

Aussi paradoxalement que cela puisse paraitre, il y’a à Nouakchott et de surcroit à El Mina qui patauge actuellement dans les eaux nauséabondes suite  aux  dernières pluies,  un endroit  dans lequel  tout un chacun peut passer ses nuits à ciel ouvert, au milieu d’une  mini- foret   d’arbres fruitiers et  autre diversité  botanique, sans entendre ou sentir sur sa peau le moindre moustique. Une « perle écologique » havre de douceur et parfum  aux  locataires, visiteurs et  espèces végétales ou animales qui  s’y  trouvent.   Un  décor verdoyant protégé  par  une forteresse  grande muraille où les Tikit traditionnels  voisinent  chambres modernes luxueusement  équipées,  esplanades, rangées  d’arbustes coiffés, balcon, parkings véhicules, espace pour grillade culinaire etc.. Un écosystème  entretenu par des mains expertes,  conçu  et transformé par son initiateur en une école  d’environnement pour étudiants et un site touristique aux visiteurs.
« La nature, pour être commandée, doit être obéie. » (Francis Bacon)
Les années précédentes ,DBAGANA, c’est le nom de ce bel endroit qui se situe à la limite sud Est de la Moughataa d’ El Mina non loin de la centrale électrique, remplissait comme il se doit sa mission éducative  et environnementale. Aujourd’hui, un  grand danger de pollution  menace sa biodiversité : garages mécaniques à proximité, décharges poubelles aux alentours, manque de lotissement du secteur, défaut de traçage, balisage et bitume des routes avoisinantes etc.
Averties par    voies médiatiques, courrier écrit, pétitions, alertes diverses, visite des lieux par certains hauts responsables et diplomates,  les autorités administratives et gouvernementales conscientes du danger de pollution qui  menace  ce site, manifestent visiblement ( pourtant ) une volonté  de  le sauver  et ont entrepris certaines démarches  : Lettre du ministre de l’environnement à  son collègue de l’intérieur. Lequel  en envoie une , par voie  administrative  au Wali de Nouakchott  qui  demande  à son tour par écrit au Hakem de El Mina de  prendre les dispositions nécessaires.   Jusqu’ici  en vain !!!
Où  se situe le blocage? Par qui ? Pourquoi?
En tout cas ,les amis de DBAGANA, les nombreux professeurs ,maitres d’école, étudiants, élèves, élus, officiers, stagiaires, visiteurs  et touristes étrangers qui  ont fait un détour par  ce chic  endroit, seraient très  ravis de constater que les pouvoirs publics ont  engagé  l’ opération « coup de poing » nécessaire pour débarrasser  définitivement cette icône écologique d’une rare beauté naturelle, sise à seulement 100 mètres de la route principale  (entrée /sortie)  Nouakchott- Rosso, de toutes les causes de salubrité ,polluants et obstacles environnants.

L’administration Mauritanienne n’en serait que hautement respectée. Elle qui fait actuellement  de l’environnement son cheval de bataille  et qui tente au mieux d’atteindre les Objectifs du Millénaire(OMD) pour  lesquels elle s’est engagée devant les Nations Unies.

http://adrar-info.net/?p=16945.  13 Octobre 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire